Watch videos with subtitles in your language, upload your videos, create your own subtitles! Click here to learn more on "how to Dotsub"

Partie 27 - La Plus Grande Histoire JAMAIS Racontée !

0 (0 Likes / 0 Dislikes)
...La femme, vêtue de pourpre et d'écarlate, étincelait d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or pleine d'abominations et souillures de sa fornication. Et sur son front était écrit un nom. Mystère, Babylone La Grande, La Mère des Prostituées et des Abominations de la Terre. Livre de l'Apocalypse, Chapitre 17 Durant les années 1920, Berlin était connue comme le cloaque de l'Europe, une ville où toutes et chaque activité sexuelle dépravée pouvaient être obtenues si l'on y mettait le prix. Avec les drogues, la prostitution, la pédophilie et l'homosexualité et même la bestialité effrénée, c'était un endroit dangereux et inapproprié où résider, pour toute famille allemande qui se respecte. Contre toutes attentes, en 1933 un homme chassera la prostituée de Berlin et de l'Allemagne, restaurant à nouveau la morale familiale. BABYLONE AVANT HITLER Après l'armistice les armes se sont tues à travers l'Europe. Mais pas à Berlin, où les allemands combattaient les allemands. Les nouvelles de la défaite de la Patrie ont provoqué un choc auprès des berlinois. Et maintenant l'ordre ancien avait disparu. À sa place est arrivé le chaos. Les rues qui étaient autrefois celles d'une ville calme et conservatrice, devinrent des zones de tirs libres. Les nationalistes de l'extrême droite s'affrontant aux communistes de l'extrême gauche. Et de leur lutte émerge un nouvel état démocratique : la République de Weimar Au 20ème siècle, après la Première Guerre Mondiale, la grande métropole mondiale du vice était Berlin. Berlin dans les années 1920 était la capitale du sexe de l'Europe. Si vous saviez ce que vous cherchiez, vous pouviez tout trouver, tout ce qui était connu de l'homme dans le monde du sexe, était disponible dans les rues de Berlin. Toutes les nuits près de 100,000 prostituées marchaient dans les rues, ou travaillaient dans les sexe clubs à travers la ville. Il y avait toutes sortes de prostituées avec différentes particularités dans la rue. Par exemple, une appelait Mutsy. Les Mutsys qui se prostituaient et traînaient dans une seule rue, la Müstrasse et ici c'étaient des prostituées enceintes. Il y avait des prostituées qui étaient horribles, qui avaient des cicatrices dûes à l'acide sur le visage, d'autres qui étaient bossues, estropiées, paralysées, celles-ci étaient appelées les Sauterelles. Vous aviez les mères et leur fille ensemble, dans une rue, qui s'habillaient exactement pareil. Ici à Berlin le sexe à vendre offrait toutes sortes de perversions ou du fétichisme inimaginable. Il n'y avait pas un appétit qui ne pouvait pas être satisfait dans cette ville. Il y avait un club où des lesbiennes aimaient faire pleurer des écoliers. Et vous pouviez trouver des officiers militaires assis là avec des enfants assis sur leurs genoux. Beaucoup de tout cela était de la mise en scène. Mais il y avait beaucoup de gens qui s'y adonnaient. Berlin dans les années 1920 était la capitale du sexe de l'Europe, son nom est devenu le synonyme de perversion, débauche et de la créativité. Des endroits que vous pouviez à peine remarquer, devenaient des clubs de strip-tease scandaleux. Les sexe-clubs des sous-sols des restaurants étaient pour les homosexuels ou les lesbiennes, des chambres où ils pouvaient s'ébattre bruyamment. Tous les intellectuels étaient gauchistes, la totalité de l'aile politique de droite, qui venait essentiellement de Munich ne jouait aucun rôle au début. La ville entière était entre les mains d'idées gauchistes. Mais en dehors de Berlin, le mouvement nationaliste de l'aile droite, marquait des buts grâce aux allemands désillusionnés, incluant un caporal autrichien inconnu, nommé Adolf Hitler. Hitler comme beaucoup des droitistes haïssait ce nouveau Berlin. La ville débordante de bolchéviques, de socialistes, de révolutionnaires et de juifs. Mais au début des années 1920, Berlin a eu des préoccupations plus immédiates. En 1922, l'inflation était dans une spirale effrenée hors de contrôle. Les gens étaient payés le matin et avaient des valises de billets de banque. Et ils devaient alors courir vers les magasins, parce qu'entre le moment où ils étaient payés et le moment où ils achetaient leur nourriture, les prix auraient augmenté. Berlin était dans un état de total total chaos. Des centaines de milliers de dépossédés, d'affamés dans les rues, et en même temps vous aviez de très riches personnes. Des gens mangeant des soupes aux navets, des bouchers vendant des corneilles, des écureuils et même des rats, et de l'autre côté des gens, qui pouvaient se le permettre, mangeant les plus somptueux repas, comme s'ils ne se reposaient jamais pour penser. Avec pratiquement toutes les devises disponibles dans le monde qui valaient plus chères que le Mark allemand, les touristes étrangers volaient vers la ville pour tirer avantage du sexe le moins cher sur le continent. Dix dollars américains pouvaient vous permettre d'acheter tout ce que vous vouliez. Tous les sexes possibles que vous alliez tester étaient représentés. La glace gelée s'est transformée en gadoue, deux ruses de la nature changeante. Et papa devint une disgrâce. Quand vous avez des chômeurs, vous avez également une augmentation de travailleurs du sexe. Mais ce n'était pas seulement des berlinois, c'était des dixaines, peut-êtres des centaines de milliers de jeunes garçons et de jeunes filles qui venaient à Berlin pour participer à ce traffic du sexe dans une monnaie forte. C'était une ville qui était remplie de vie lesbiennes. Il y avait cette idée que où que vous alliez vous n'aviez pas à cacher qui vous étiez. Quand il s'agissait de sexe, Marlène Dietrich pouvait être omnivore, tant qu'elle les trouvait attrayants cela lui était totalement égal que ce soit un homme ou une femme. Dietrich était un personnalité toute puissante, elle était une icône, pour les lesbiennes, à une époque où il n'y avait personne d'autre. Avec cette nouvelle mode du tout et du n'importe quoi, Berlin en une nuit a remplacé Paris comme le centre de l'hédonisme. C'est pourquoi les gens pensaient que Berlin était la Babylone des années 1920. Des choses qui étaient considérées immorales, amorales, peu importe, devenaient sans importance, et tout y est passé. Les drogues étaient facilement disponibles à Berlin, toutes les variétés de drogues : morphine, cocaïne, opium. La morphine et la cocaïne pouvaient probablement vous être prescrites par votre docteur local ou votre pharmacien. L'opium était largement disponible et aussi les drogues étaient utilisées dans les sciences sexuelles. Les sciencifiques sexuels étaient très interessés sur leurs effets sur le sexe, comme par exemple : la morphine sur la lecture orgasmique d'une lesbienne, anisi il y avait une culture scientifique complète. Berlin était devenue le centre d'expérimentations sexuelles. Elle est aussi devenue le centre de recherches scientifiques dans le sexe, dirigé par un docteur novateur. C'était un personnage très drôle, appelé Papa ou l'Einstein du Sexe à Berlin. Son nom était Magnus Hirschfeld. Hirschfeld était un homosexuel (queer) social-démocrate juif, qui a vraiment défini l'esprit libéral de Berlin. Le médecin en croisade pour la liberté sexuelle était aussi le fondateur du premier institut dévoué à l'étude scientifique du sexe. Vous pouviez y aller et regarder des objets fétiches variés. Par exemple, il avait ce pantalon avec lequel, si vous portiez un trench coat, vous pouviez marcher dans Berlin et avoir l'air de porter un pantalon, parce que les parties basses du pantalon étaient là, mais vous n'aviez rien au-dessus et vous pouviez l'ouvrir comme ça. C'était très amusant. C'est ce genre de choses que vous pouviez voir dans cet Institut sur les Recherches Sexuelles. Contrairement à son collègue médecin à Vienne, Sigmund Freud, Hirschfeld préconisait la notion radicale que la sexualité humaine pouvait être étudiée sans imposer de jugements moraux. Hirschfeld était également créatif avec des opérations spéciales et des chirurgies de changement de sexe et aussi de rajeunissement. Il avait une clinique pour les gens qui voulaient être conseillés à propos de problèmes sexuels. Mais la réputation de Berlin, comme un peu difficile pour ce qui est nouveau et risqué, n'était pas seulement limitée à ses bars et à leurs drogues. Il y a beaucoup d'étrangers dans les rues et les clubs de Berlin, de partout en Europe des artistes, écrivains et intellectuels avec des attirances homosexuelles étaient attirés par cette métropole. Berlin était incontestablement la ville la plus homosexuelle dans le monde. Elle attirait premièrement W.H Auden, le grand poète anglais et puis son ami Christopher Isherwood. Auden est venu le premier, il était intéressé par la scène homosexuelle, et parlait de Berlin comme du paradis pour pédérastes. Christopher Isherwood qui en avait marre de Cambridge et d'une Angleterre ouvertement hostile aux homosexuels, choisit de déménager à Berlin. Ses nouvelles à propos de la vie sauvage dans la ville et ses cabarets, deviendront des pièces à succès et des films. Il y avait à peu près 160 nightclubs et salons totalement différents, pour les lesbiennes et les homosexuels. Contrairement à la plupart des villes avec leur seul quartier rouge, les clubs érotiques de Berlin étaient partout à travers la vaste métropole. Les fantaisies sexuelles bizarres de domination devenaient des oeuvres d'art, tandis qu'ils se livraient dans une variété d'expérimentations étranges, impliquant violence et mort tout cela au nom de l'art. En 1928, une feuille de propagande nazi dénonce Berlin comme un melting-pot de tout ce qui est diabolique. Quand Goebbels est descendu du train en 1926, pour prendre la ville, il a trouvé que le groupe de nazi pouvait rassembler peut-être 200 membres. Et les communistes à ce point en avaient à peu près 250 000. Et il n'en fallait pas particulièrement beaucoup, pour un groupe de gens qui venaient de l'extérieur, pour dire que tout ce que la ville avait compté devait tout à coup être interdit, considéré décadent et devait être mis de côté. Hitler l'avait personnellement nommé pour aller à Berlin, à ce moment là cela semblait être une mission impossible. C'était un bon choix pour les nazis parce qu'il comprenait la ville. C'était lui qui avait été désigné pour renverser la ville du bastion du communisme, une ville rouge, en une marron, le bastion des nazis. C'était une proposition difficile. Berlin pour eux était un territoire étranger. Ils partageaient le point de vue typiquement provincial des allemands conservateurs, sur la notion que Berlin était un endroit décadent, c'était trop avant-garde, ils détestaient cet endroit. Berlin était dans un séisme, les batailles dans les rues étaient monnaie courante, le chômage s'aggravait. Et puis le 30 janvier 1933 Hitler était nommé Chancellier de l'Allemagne. Il a clairement dit quels étaient ses plans pour la ville. ''Tout ce qui est laid à Berlin, nous l'enlèverons.'' Ce qui s'est produit en 1933, particulièrement, c'est que les sous-sols homosexuels des bars de Berlin commencèrent à être évalués. Ces choses devaient devenir clandestines. Jusqu'en 1933 la police nazi avait commencé a prêter attention aux bars à tripot, harcelant les clients, les faisant fermer et même arrêter. L'Eldorado, demeure de certains des plus célèbres travestis dans la ville était repris et transformé en quartier général nazi. Goebbels criait le nom de chaque livre lorsqu'il était expédié dans les flammes. (inaudible) L'exode fût presque immédiate. Bertolt Brecht et Kurt Weill, George Grosz, Albert Einstein, Marlène Dietrich, juste un petit nombre sur les milliers étaient poussés à l'exile. Berlin, pour juste 14 ans, fût un creuset de l'histoire, débordant avec un volatile mélange de sexe, d'art et de politique, lacé de dessilusion et dopé à la décadence. La Babylone sur la rivière Spree n'était plus.

Video Details

Duration: 15 minutes and 12 seconds
Country: United Kingdom
Language: English
License: Dotsub - Standard License
Producer: Dennis Wise
Views: 313
Posted by: didi18 on Jul 20, 2015

Babylone avant Hitler - Bonus. Adolf Hitler était un homme d'une haute moralité et l'a prouvé en nettoyant les rues dépravées de la fausse d'aisances marxiste autrement connue comme Berlin.

Caption and Translate

    Sign In/Register for Dotsub to translate this video.