Watch videos with subtitles in your language, upload your videos, create your own subtitles! Click here to learn more on "how to Dotsub"

Partie 9 - La Plus Grande Histoire JAMAIS Racontée !

0 (0 Likes / 0 Dislikes)
La Plus Grande Histoire JAMAIS Racontée ! 1941 L'UKRAINE Ingrid R. Zündle : ''Nous savions qu'il y avait une guerre en cours. À cette époque, ceux d'entre nous qui étaient encore là, étaient rassemblés dans des wagons à bétail et envoyés en Sibérie. C'était une question d'heures, voire de minutes, avant notre tour. Nous étions déjà assis à la gare, C'était en septembre 1941. Quand l'armée allemande a envahi l'Ukraine, et arrêtait l'exile et arrêtait les trains... ...ils ont arrêté les trains.. Et c'était pour nous, comme si le Seigneur nous avait envoyé les anges. Ce sont les personnes qui ont arrêté la terreur qui plannait sur nous depuis 25 ans.... qui sont venus et... ...ouvert nos églises et nous ont dit que l'on pouvait assister à tous les services que l'on désirait. C'était le Paradis. Ma mère jusqu'au jour de sa mort, n'a pas cessé de parler des deux merveilleuses années qu'elle a eu quand l'armée allemande est arrivée. Ils ont pris les maisons que nous leur avons volontiers offertes. C'était magnifique. Et nous étions absolument convaincus que les allemands étaient venus nous sauver du communisme. Et il n'a jamais été question pour nous de changer d'avis. Pourquoi aurions-nous dû ? Les allemands étaient des héros pour nous. Nous avions absolument confiance en Adolf Hitler, nous estimions la nature de son combat, ainsi que la valeur de son combat Nous avions ces magnifiques soldats allemands pour nous protéger, donc au début ce ne fut pas du tout désagréable, mais alors cela à commencer à devenir sinistre... et l'hiver est arrivé. Le 11 décembre 1941, quatre jours après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, Hitler s'adressa au Reichstag à Berlin et examina longuement les politiques hostiles du Président Rossevelt envers l'Allemagne. Il détailla les actions de plus en plus belliqueuses du gouvernement Roosevelt, et annonça de façon spectaculaire que désormais l'Allemagne rejoignait le Japon dans sa guerre contre les US. L'Italie et la Croatie devraient bientôt faire de même. L'État Indépendant de Croatie, communément dénommé NDH, est créé le 10 avril 1941. Dirigé par Ante Pavelic, plusieurs centaines de milices oustachis se rendront dans les camps d'entraînement en Italie afin de constituer le nouveau gouvernement. Ils gouverneront la plupart de la Croatie moderne, incluant la Bosnie et l'Herzégovine, et verront à faire partir les ethnies serbes, juives et les gitans romains. Cependant, un tiers des ethnies serbes se verra épargner la mort ou la déportation en se convertissant de serbe orthodoxe à catholique romain. Ce n'est pas différent de ce que les protestants anglais ont offert aux catholiques au Moyen Âge. À Jérusalem, Hitler s'alliera avec le Grand Mufti Muhammad Haj al-Husseini, et ensemble, les croates et les musulmans forment en Bosnie la 13ème Division Alpine Waffen de la SS Handschar. Peu d'historiens ont jamais demandé pourquoi tant d'étrangers ont soutenu un supposé Hitler ''raciste''. Les arabes et les japonais ne seront pas les seuls non-blancs à se battre aux côtés du Troisième Reich. Les africains, les asiatiques, les hindous, les arabes et d'innombrables autres nationalités ont tous combattu épaule contre épaule avec les allemands. La Wehrmacht d'Hitler et la Waffen SS étaient en réalité les forces militaires les plus diversifiées, culturellement, etniquement et religieusement de l'histoire occidentale. Les Oustachis Avec une haine absolue, le nationalisme fanatique et les intransigeantes croyances religieuses en jeu, les horreurs qui vont arriver dans les Balkans sont sans précédent. La Yougoslavie deviendra une zone de guerre de compétition d'intérêts politiques et d'idéologies disparates, incluant le Socialisme, le Fascisme, le Communisme, le Monarchisme et le Nationalisme serbe et croate. Il est bien documenté et indéniable que les nationalistes et fanatiques oustachis croates ont violemment persécuté les juifs, les communistes et ceux perçus comme ennemis de l'État, les retenant dans des camps tels que ceux de Jasenovac. Les croates ont cependant été eux-mêmes des victimes, ayant souffert terriblement aux mains des partisans serbes et bolcheviques. En effet, l'unité d'élite oustachis - La Légion Noire - fut formée le 3 septembre 1941 par les survivants croates et musulmans qui avaient fuit Sarajevo après avoir vu leur famille se faire égorger par les serbes et les tchetniks. Ils gagneront finalement la réputation d'être les unités oustachis les plus brutales et impitoyables avec la devise.... ''Pas de grâce demandée, aucune donnée.'' Leur heure de gloire arriva lors de la défense de la ville de Kupres où, même si, en infériorité numérique, eux et d'autres unités oustachis défendirent avec succès la population civile contre quatre régiments de partisans communistes, lui évitant une mort certaine. La guerre finie, après avoir échappé aux communistes, des centaines de milliers de soldats croates jetèrent leurs armes et se rendirent aux alliés occidentaux à la ville frontière autrichienne de Bleiburg. Cependant, l'armée britanique blousera les prisonniers de guerre (POW) désarmés et leur familles en les faisant embarquer dans des trains supposés se diriger vers l'Ouest. Les trains les transporteront au contraire à l'Est, tout prés de la frontière de Yougoslavie et vers une mort certaine aux mains des partisans victorieux guidés par le Maréchal Josip Tito. À l'arrivée, ils sont traînés des trains et les hommes exécutés. Les femmes et les enfants sont forcés, à pieds, de se rendre dans les camps, sur le chemin, plusieurs sont violées, battues et tuées. Caché des livres d'histoire, c'est le pire massacre d'Europe du 20ème siècle, et fût connu en Croatie comme : ''Le Massacre de Bleiburg'' LA BATAILLE DE MOSCOU Dans les jours sombres de l'automne 1941, la défaite de l'été a décimé l'Armée Rouge, et l'artillerie d'Hitler peut frapper Moscou. L'armée soviétique semble au bord d'une totale défaite. Mais Staline est dos au mur et rien ne l'arrêtera pour protéger sa base politique. Hitler et les Alliés s'attendent à la chute de Moscou à tout moment. Dans la capitale, un Staline agité, confie la défense au Général Zhukov, et c'est sa suggestion, à la fin de novembre, d'une contre attaque contre les tenailles allemandes, qui déclenche la planification aride pour une massive contre offensive soviétique. C'est un plan rendu possible par la ressource apparemment sans limite des réserves de l'Armée Rouge. Son agent à Tokyo, Richard Zorgaï, lui dit que le Japon n'attaquera pas l'URSS, à partir de la Mandchourie, comme cela été redouté. Et pour une fois, crutialement, Staline fait confiance aux conseils d'un subalterne. Il autorise de prendre le risque de perdre plus de la moitié des forces soviétiques, dans la partie Est. 17 nouvelles divisions, hatibués formés avec tout l'équipement et avec un total soutien d'artillerie, formeront le coeur de la contre attaque. Les premiers jours de décembre sont un supplice d'anticipation. Mais le 5, Zhukov lache ses armées. En 48 heures, les frappes soviétiques sont pleinement sur leur chemin. Les ordres furieux d'Hitler de tenir les positions avancées sont insensés. Les nouveaux blindés T-34 de l'Armée Rouge sont des machines robustes et puissantes conçues pour fonctionner indéfectiblement, dans le froid glacial de l'hiver le plus profond, et des troupes professionnelles à ski sont trop rapides pour la Wehrmacht. Les troupes allemandes peuvent seulement se retirer.... Alors que l'armée se groupe au centre, le géant qui devait écraser Moscou est fracassé. Après 6 mois de défaites catastrophiques, la victoire durement disputée de l'Armée Rouge est indéniable. Et alors que l'année se termine, les villes et les villages à l'Ouest de la capitale, sont libérés de leur courte occupation nazi. Il y aura d'autres victoires soviétiques écrasantes, mais aucune ne brillera d'un feu plus éclatant que celle de cette première reprise stupéfiante, alors qu'ils étaient au bord de la défaite. Convaincu, maintenant, que beaucoup sont sur le bord de l'effondrement, Staline demande attaque après attaque Tous les réservistes restants se jettent dans la mêlée, alors qu'ils cherchent à pousser l'envahisseur à l'extérieur du territoire soviétique. Mais c'est impossible. Leurs efforts surhumains donne le ton. Et les armées sont exténuées. Dissipés par l'ambition hors d'atteinte de Staline, L'offensive obtient seulement des bénéfices insignifiants, et à un prix élevé. Et au moment où les taxes se tarissent, en février, l'Armée Rouge a pratiquement perdu près d'un million de troupes, dans la bataille pour Mouscou. Cette macabre statistique sera cachée au peuple soviétique durant un demi-siècle. La majorité des unités de la Wehrmacht a pu échapper à l'encerclement, mais ils n'ont pu sauver leur matériel. Maintenant il repose abandonné partout. Un gigantesque chantier de ferraille allemand. C'est un spectacle approprié à montrer au Ministre des Affaires Étrangères anglais, Heiden, quand il arrive pour étudier le champs de bataille. Car, ni l'Angleterre ou le nouvel allié de Staline : les États-Unis, ne pensaient que Moscou pourrait survivre à l'assaut allemand. Mais si les alliés de l'Ouest sont étonnés, cette victoire a révélé à Staline le mirage d'un triomphe total. Il est totalement disposé à de nouvelles attaques. Mais il a mal calculé, la Wehrmacht n'est pas encore vaincue. Et un Hitler furieux planifie de nouvelles offensives massives. Sa folie obligera de nouveau l'Armée Rouge à se battre dans une défense désespérée. Et ainsi les soviétiques doivent continuer de lutter. Se sera un long et douloureux périple et beaucoup ne survivront pas à sa conclusion. LES COSAQUES RUSSES DANS LES BALKANS Après la Révolution Russe de 1917, le régime bolchevique communiste n'a amené rien d'autre que la mort et la misère à une grande partie de la population, spécialement aux minorités ethniques. Un tel groupe opprimé allait se lever et combattre aux côtés des allemands. Avec leur réputation d'endurance tenace et courageux au combat, ils sont bien équipés pour le terrain rude des Balkans. Alloués pour nettoyer la région des partisans communistes, ils sont dirigés par le charismatique officier allemand.... Le Général Helmuth von Pannwitz Lors des opérations en Sibérie et en Croatie, il se produisit là un nombre d'attrocités contre la population civile, incluant des violes de masse et des exécutions. Mais un ordre par le Général von Pannwitz daté du 20 octobre 1943 a fait qu'il soit absolument clair pour tous ceux sous son commandement que tous les crimes de cette nature seraient punis par la mort. Le 11 mai 1945, le Général von Pannwitz s'est rendu à l'Armée Britanique dans l'Autriche administrée par les Alliés, après que les allemands eurent été assurés qu'ils resteraient sous la garde des puissances occidentales. À la mi-mai il devenait clair que les cosaques seraient renvoyés en Union Soviétique pour faire face à l'exécution ou aux camps du Goulag. Cette action deviendra pour toujours connue comme... ''La Trahison des cosaques'' En tant que ressortissant allemand, sous la protection des Conventions de Genève, le Général von Pannwitz n'était pas soumis à l'exil vers l'Union Soviétique. Connaissant très bien les conséquences, il refusa d'abandonner ses camarades cosaques, déclarant : ''J'étais avec les cosaques dans les bons moments et je resterai avec eux dans les mauvais moments.'' Le 26 mai, il fut relevé de son commandement et placé en état d'arrestation. L'Armée Britanique se mit alors à forcer les cosaques à embarquer dans des camions de chemin de fer en les frappant avec des battes de baseball et des crosses de fusil. Les combats durèrent pour plusieurs jours. Finalement les anglais livreront à l'Armée Rouge à peu près 40,000 cosaques, et avec eux leur femme et enfants. Beaucoup ne sont même pas des citoyens soviétiques, et ceux qui ne furent pas envoyés au Goulag sont exécutés par la suite. Le Général Helmut von Pannwitz fut exécuté à Moscou le 16 janvier 1947. Il est jusqu'à ce jour connu par les cosaques comme... ''Le Dernier Chevalier d'Europe'' ''La Trahison des cosaques'' À suivre

Video Details

Duration: 15 minutes and 12 seconds
Country: United Kingdom
Language: English
License: Dotsub - Standard License
Producer: Dennis Wise
Views: 124
Posted by: didi18 on Jul 19, 2015

La trahison des Cossaques après la plus sanglante partie de la Deuxième Guerre Mondiale et probablement l'heure la plus sombre que les Alliés voudraient que l'on oublie. Le déshonneur et les mensonges.

Caption and Translate

    Sign In/Register for Dotsub to translate this video.